Soins intensifs : un service important à mieux connaître

Soins intensifs : un service important à mieux connaître

Les soins intensifs ou services de réanimation sont un service hospitalier réservé aux patients gravement malades, c’est-à-dire avec une ou plusieurs fonctions vitales compromises. Quels types de soins sont fournis et comment sont-ils organisés ?

Les soins intensifs et la réanimation sont-ils la même chose ?

service soins intensifs

Généralement, les termes « soins intensifs » et « réanimation » sont équivalents et sont utilisés pour désigner le même service.

La réanimation est un service particulier, réservé aux moments difficiles et aux situations à risque grave pour la santé, où des mesures de soutien plus intensifiées sont fournies que lors d’un séjour normal à l’hôpital.

Cependant, l’hospitalisation dans ce service ne doit pas automatiquement faire peur : aujourd’hui, de nombreux patients peuvent subir une réanimation ne serait-ce que quelques heures, la seule nécessité pour que les conditions alarmantes reviennent à la normale.

Quand les soins intensifs sont-ils nécessaires ?

Les soins intensifs sont un contexte réservé aux patients gravement malades où les soins intensifs sont prodigués et font partie d’un service hospitalier spécifique, à savoir celui de la réanimation et des soins intensifs.

Le terme gravement malade désigne les personnes qui ont une altération d’une ou plusieurs fonctions vitales, telles que la respiration, la circulation sanguine et l’activité neurologique et, par conséquent, des situations graves dans lesquelles la vie elle-même est en danger.

Dans ce service, des outils et des machines hautement sophistiqués sont utilisés qui permettent le soutien des fonctions vitales compromises ; cela implique l’utilisation d’un personnel médical et infirmier hautement spécialisé.

Pourquoi allez-vous aux soins intensifs ?

Le besoin d’hospitalisation en réanimation peut concerner des patients de tout âge, pour une prise en charge post-opératoire suite à une intervention chirurgicale difficile et exigeante, pour des personnes saines ayant subi un traumatisme ou pour l’aggravation d’une pathologie existante. Une fois les fonctions vitales récupérées et stabilisées, le patient est transféré en service ordinaire ou de rééducation pour poursuivre les traitements nécessaires.

Le premier objectif de la réanimation est de rétablir l’équilibre des fonctions organiques altérées. Lorsqu’un patient entre en réanimation, une surveillance de base des fonctions vitales est effectuée, telles que le rythme cardiaque, la pression artérielle, la diurèse et l’oxygénation du sang.

Que se passe-t-il au service de réanimation ?

chambre de réanimation

La probabilité que l’administration de médicaments ou de liquides réparateurs soit nécessaire est généralement très élevée lors de l’entrée en réanimation. Cela se produit en insérant une aiguille canule dans une veine périphérique, avec laquelle les substances nécessaires pour contrer les altérations détectées sont administrées.

En cas d’insuffisance respiratoire, par exemple, des aides telles que des masques à oxygène ou des casques spéciaux peuvent être utilisés pour assurer une oxygénation adéquate.

Si cela ne suffit pas, on procède à l’intubation, c’est-à-dire à l’insertion d’un tube par la bouche ou le nez dans la trachée, et à la connexion à une machine très sophistiquée, le ventilateur pulmonaire, qui garantit des échanges respiratoires adéquats et une oxygénation valide du sang et des tissus.

La surveillance continue des fonctions vitales s’effectue grâce au positionnement de cathéters reliés à différents moniteurs, qui permettent de visualiser et d’enregistrer l’évolution de toutes les fonctions principales des organes.

En plus d’une surveillance de base, il est très souvent nécessaire d’effectuer une surveillance invasive des différents paramètres vitaux. Cela se fait en plaçant notamment des sondes directement dans les veines les plus proches du cœur ou dans les artères pour surveiller en permanence les différents paramètres, intervenir rapidement en cas de déséquilibre, administrer rapidement des médicaments ou prélever des échantillons de sang pour des tests.

Le patient dans ces conditions est sous sédation, ou endormi, afin de lui permettre une meilleure adaptation aux aides et à l’environnement. La sédation est essentielle car la réanimation est un environnement difficile, le patient est alité avec des tubes, des fils, des sondes et incapable de communiquer. De plus, il est fréquent qu’il soit soumis à une ventilation artificielle, c’est pourquoi la sédation est obligatoire.

Combien de temps restez-vous aux soins intensifs ?

La durée du séjour d’un patient aux soins intensifs dépend de son état spécifique et varie de quelques heures à plusieurs semaines, parfois plusieurs mois.

Bien souvent nous imaginons que la réanimation est une spécialité transitoire, ce qui est parfois vrai, par exemple dans le cas d’un infarctus, où chaque minute passée sans soins ou sans premiers secours est vitale.

Parfois, cependant, c’est aussi une spécialité qui perdure dans le temps : de nombreux patients restent quelques jours, voire semaines, le temps nécessaire à la disparition des lésions des organes et au transfert du patient vers un autre service, où le niveau de soins est moins intensif.

Un séjour en réanimation peut donc durer de quelques jours à plusieurs mois et est souvent marqué par des phases d’amélioration et d’aggravation. Les patients sont si faibles que le personnel doit être très prudent pour prédire ou évaluer un diagnostic.

L’hospitalisation en réanimation est souvent critique : les traitements sont immédiatement « lourds » et intenses afin de stabiliser le patient le plus rapidement possible. Cependant, après une première phase critique, d’autres complications infectieuses ou techniques peuvent survenir, risquant d’aggraver la situation, c’est pourquoi il est très important qu’il y ait suffisamment de personnel pour surveiller la situation.

Selon l’évolution de l’état du patient, des traitements sédatifs ou toute autre assistance technique peuvent alors être initiés, interrompus et repris et, lorsque les conditions s’améliorent, le patient est transféré dans le service adapté aux besoins spécifiques.

Les visites des proches sont limitées

visite réanimation

En raison de ses caractéristiques spécifiques, la réanimation a des règles différentes par rapport aux autres services hospitaliers. Une chambre de soins intensifs présente des caractéristiques différentes d’une chambre normale en ce sens qu’elle est conçue pour permettre une observation continue des patients et une assistance hautement technique de jour comme de nuit.

Les chambres sont équipées de nombreux dispositifs permettant au personnel médical de suivre les patients : machines et écrans sophistiqués, alarmes et cloisons vitrées permettant au personnel de mieux soigner les patients. Tous les appareils sont également connectés à une station centrale pour permettre le contrôle à l’extérieur de la pièce ; ainsi, en fonction des besoins de chaque patient, les professionnels de la santé peuvent déterminer si une intervention urgente est nécessaire ou non.

Précisément pour cette conformation, l’entrée des parents et proches est très limitée et établie en fonction des besoins de chaque département. Récemment, des tentatives ont été faites pour rendre le processus de réanimation plus « humain », créant la soi-disant réanimation ouverte, avec moins de restrictions pour les membres de la famille. Mais lorsqu’il y a un besoin d’isolement pour des raisons techniques spécifiques, cela n’est évidemment pas possible.

Related Posts

Comment prendre soin des reins ?

Comment prendre soin des reins ?

Maladies des artères coronaires

Maladies des artères coronaires

Différence entre gastroscopie et échographie gastrique

Différence entre gastroscopie et échographie gastrique

Journée mondiale du cœur 2022, « Utilisez votre cœur pour tous les cœurs »

Journée mondiale du cœur 2022, « Utilisez votre cœur pour tous les cœurs »